Les chênes et comment les choisir en Belgique

Les chênes sont une source de féculents à envisager pour diversifier notre alimentation.

Il existe 4 chênes couramment rencontrés en Europe :

  • le chêne pédonculé ou Quercus pedonculata,
  • le chêne sessile ou Quercus petraea,
  • le chêne pubescent ou Quercus pubescens,
  • le chêne des Pyrénées ou Quercus pyrenaica.

Le chêne européen le plus courant

Le chêne pédonculé est appelé ainsi car le gland présente un long pédoncule contrairement au chêne sessile « assis » directement sur la branche. Dans la photo, vous voyez le chêne pédonculé. La feuille du chêne pédonculé a la partie la plus large dans le dernier tiers du limbe. Ce chêne donne des glands très riches en tanins. On peut les éliminer en réalisant 7 à 8 cuissons. Une alternative serait de laisser tremper les glands dans l’eau d’une rivière une semaine. Par précaution, je réaliserai ces lavages dans une rivière propre bien sûr. Malheureusement ceci limite la possibilité de nettoyer les glands selon cette méthode. Autant de lavages reste aussi peu écologique compte tenu de l’énergie dépensée (sauf si vous disposez d’un poêle à bois). Il resterait alors encore deux cuissons à réaliser pour enlever tous les tanins.

Heureusement, on peut réduire le nombre de lavages en décortiquant et en coupant en morceaux ces glands. Pour tester le nombre de lavages qui dépendra aussi de la variété et de l’individu, je vous invite à goûter le gland.

Chêne pédonculé avec feuille caractéristique. La feuille de ce chêne est glabre.


Le chêne vert et des glands doux, impossible à cultiver dans les régions à hiver rude

Les glands du chêne vert peuvent se manger directement car ils sont les plus pauvres en tanins. Malheureusement cette espèce ne résiste pas au froid.

Quel chêne doux à envisager en Belgique ?

Après plusieurs recherches, je suis arrivé à la conclusion que le chêne blanc d’Amérique serait un chêne intéressant à envisager ici à Belgique. Il appelé chêne blanc en référence à son bois de couleur blanche. C’est une essence plus résistante au froid et à la sécheresse. Ses glands sont doux ce qui permettrait de le consommer seulement après un seul rinçage. Ce chêne est parfois confondu avec le chêne pubescens qui est aussi appelé chêne blanc compte tenu de son écorce assez claire. Ce chêne est celui au pied duquel on retrouve souvent des truffes. Si vous êtes amateurs, il faudrait plutôt envisager cette espèce.

Pour plus d’infos concernant le lavage des glands pour l’élimination des tanins, je vous renvoie à la vidéo ci-dessous.

Laisser un commentaire